Un maitre peut-il avoir plusieurs soumises ?

C’est une question que se posent souvent les soumises. Et elle est légitime. D’un côté un mélange de tradition chrétienne, de pression sociale, et de loi qui interdit la polygamie, et de l’autre côté la liberté promise aux pratiquants d’une relation Domination / Soumise…

La relation du maître sur sa femme soumise

Le maître ne frappe pas aveuglement sur sa soumise pour se défouler. Pour cela, un punching-ball est mieux adapté. Non, le « vrai » maître agit pour aider sa soumise à se libérer, à lâcher-prise, à se soumettre entièrement, corps et volonté. Il est donc attentif en permanence à ce que ressent sa soumise, il a du plaisir seulement si elle en a.

Ainsi, autant la soumise fait don de son corps à son maître, ainsi que de toute sa volonté, autant le maître fait don de son temps et de son talent au service de sa soumise, en faisant passer son propre plaisir bien après. Tout cela soutenu par une forte relation de confiance, n’est-ce pas une définition de l‘amour ? En tout cas, d’une relation affective forte.

De manière générale, un homme peut-il avoir plusieurs femmes ?

Sexuellement, c’est évident. Et c’est renier la nature profonde de l’homme que d’affirmer l’inverse. Un homme connaît une excitation sexuelle très forte s’il ne connait pas la femme. C’est dans sa nature de « chasseur ». Tout le monde le sait, et les femmes ont en conscience tôt dans leur vie. Mais l’amour ?

Autrement dit, un maître peut-il « élever » correctement 2 soumises sexuellement, et donc éprouver suffisamment d’amour auprès de chacune d’elle ? Et bien c’est pareil, cela ne pose aucun problème pour le maître. En pratique, chaque soumise est différente, avec ses préférences, sa culture, son physique, ses émotions bien particulières, etc… Le maître entre dans l’univers unique de sa soumise, sans avoir l’impression de d’écorner l’univers d’une autre de ses soumises.

Une soumise à son maître peut-elle est mariée par ailleurs ?

Souvent les soumises sont mariées. Elles ne souhaitent pas forcément quitter leur époux, pour des raisons personnelles. Elles éprouvent le besoin d’une relation de domination que ne sait pas leur donner leur mari.

Ces soumises savent très bien gérer leur vie sentimentale. Elles sont capables d’éprouver des sentiments pour leur maître, et aussi pour leur mari. Le mari leur apporte (souvent) le confort, la vie de famille, les enfants, le foyer, la protection, etc… Le maître leur apporte l’épanouissement personnel et le plaisir. Chaque homme est complémentaire, et cette double relation maitre soumise leur apporte une forte impression de stabilité. On est plus stable sur 2 pieds que sur 1 seul.

Quelquefois les 2 hommes sont même complices. Il est important dans ce cas que le maître garde sa position de maître et respecte le territoire du mari : la relation est alors équilibrée et peut durer longtemps, pour le bonheur de tous. La soumise, au centre de cette relation tripartite, est comme une reine avec 2 hommes qui se consacrent à son bonheur.

Et une soumise peut-elle avoir plusieurs maîtres ?

Le maître demande un don total à sa soumise, de son corps mais aussi de son esprit. Difficile de partager dans ces conditions.

Cela dit, il y a des cas où les maîtres sont complices. A partir du moment où ils sont d’accord sur les modalités, rien ne l’empêche. Cela sera vécu plus ou moins difficilement par le maître d’origine, c’est donc un terrain dangereux.

Popularisé par « Histoire d’O », le prêt de sa soumise à un maître de tutelle est une vraie preuve d’amour que fait la soumise. Comme dit le proverbe, on ne peut donner (ou prêter) que ce que l’on possède. Mais nous sommes dans une relation dominant soumise profonde, bien plus évoluée que la relation d’un simple jeu de 2h…

Le cas particulier du maître avec 2 soumises en même temps

Si le maître a 2 soumises, il peut très bien organiser un « jeu à 3 », dans lequel une des soumises sera son adjointe et soumettra la 2ème soumise. C’est une situation riche en émotion. La soumise sera dominée par 2 personnes en même temps (dont son maître, qui reste aux commandes quoiqu’il arrive) : nous sommes bien dans le cas 2 maîtres + 1 soumise.

Mais de plus, une des soumises aura « switché », et va donc soumettre l’autre femme, sous le contrôle de son maître. Elle a donc l’ascendant sur l’autre soumise, mais quelquefois sera asservie par son maître devant elle : ce retournement de situation est souvent très excitant pour elle.

Tout cela se discute d’égal à égal avec les soumises, cela ne s’impose pas bien sûr.

Une soumise accepte-t-elle la concurrence d’une autre soumise ?

Tout dépend. Certaines sont presque dérangées qu’un maître n’ait pas d’autres soumises. D’autres prônent l’exclusivité.

Ce qui est certain, c’est que la soumise a besoin de beaucoup d’attention, et il ne faut pas que la multiplication des soumises entame le temps disponible à chacune.

Ce que doit exiger une soumise si un maître en domine déjà une autre

Ce sont quelques règles simples. Comme on l’a vu, la relation du dominant sur la femme soumise repose sur la confiance. Aucune femme n’accepte de se donner sans confiance. Et qui dit confiance, dit transparence.

  • Le maître doit l’annoncer avant le début de la relation, car rien de pire pour la soumise de découvrir plus tard qu’elle n’est pas seule. Si en tant que soumise vous avez un doute, parlez-en franchement.
  • S’il prend une nouvelle soumise, il doit vous en parler.
  • Le maître doit s’abstenir de toute comparaison. Celle-ci fait ça, l’autre fait ça…qu’importe, chaque soumise est unique, avec ses limites. Le but n’est pas d’aller plus loin que les autres, mais de se dépasser. Et surtout, une soumise est une femme, et les femmes détestent la comparaison.
  • Le maître ne doit pas passer moins de temps sous prétexte qu’il a pris une nouvelle soumise.